Peinture abstraite

« En tant qu'artiste contemporain, je peins abstrait parce que je vois abstrait. Je sens abstrait.
De mon enfance, de mes voyages, de mes rencontres, de toute chose quotidienne, je garde en moi des impressions essentielles, des sensations profondes.
Et lorsque je rejoins mon atelier, j'éprouve le besoin irrésistible de restituer cela sur la toile. En un instant. Je peins vite pour que la raison n'ait pas le temps de s'en mêler.
Ça fuse. Ça bouillonne.
Directement du corps au pinceau, par traces, par couleurs. Ma peinture abstraite, c'est une peinture gourmande, épicée, sucrée, où les sensations flambent, s'enlacent, s'assoupissent, se pétrifient, se rouillent avant de s'animer et de se consumer à nouveau. Parfois, quelque temps après, lorsque je suis rassasiée d'avoir donné, je reviens voir le fauve ou bien l'ange qui s'est posé là, nous échangeons quelques regards et je me frotte de nouveau à la toile, comme pour l'apprivoiser. »
La peinture abstraite est le vecteur par lequel s’expriment mon regard au monde et mes émotions, là où les mots me font défaut. Avant tout acte de création chez moi, il y a gestation ; elle peut être longue.
Je me donne avec le temps, le loisir de mâcher, ruminer, extraire, afin d’arriver à exprimer bien plus que ce qu’il m’est offert de voir et de ressentir ; l’essentiel, la quintessence, le juste de ce qui m’envahit et m’émeut. En revanche, l’accouchement sur la toile est sans commune mesure.
Dans l’élan impérieux de transmettre, il est plus proche d’un cri tant il est rapide et passionné. Tout le travail consiste alors à laisser jaillir confusément parfois, avec débordements souvent, ce magma intime, reconnaître au hasard de la course, les éléments nécessaires et leur donner corps dans un « rendu » cohérent et harmonieux.
De manière très classique j’utilise de l’huile sur une toile, à ceci près que j’y adjoins toujours des pigments purs, des goudrons et parfois des encres, afin d’obtenir des matières et des rendus différents.
Le duel permanent des substances, l’accord presque improbable des textures et des couleurs…le collage de papiers et le grattage final de la matière me permettent de jouer sur les contrastes de surfaces mates ou bien brillantes, consistantes ou transparentes.
Par la peinture abstraite, il m’est donné alors de pouvoir traduire et exprimer ainsi une gamme de sentiments et d’émotions à la mesure de ceux que je ressens.
Frédérique Clément
Le regard de Norbert Katz
Norbert Katz est le nom de plume d'un proche de Frédérique qui a de tous temps apprécié la richesse singulière de son expression picturale.
« Sans âme, que serait ce monde ? Une vaine déambulation de formes creuses, un brouhaha de bruits épars, une mécanique stérile. Face à ceux qui ont encore la paresse de croire que l’abstraction forge l’œuvre au hasard, qu’elle donne à voir une juxtaposition de formes vaines, le peintre de l’abstrait témoigne de l’essence du monde.
C’est une œuvre exigeante.
Chemin d’artiste : Plonger au plus profond de soi-même pour sonder une réalité intime puis réincarner le sens dans une chair libérée de ses contraintes formelles. Voici de ces êtres, rencontrés en ce monde, passés au creuset de l’alchimiste. Sous la brosse de Frédérique, ils se révèlent dans la teinte, le souffle et le trait. »